Déjà large vainqueur vendredi, le skieur de Courchevel de 24 ans a littéralement écrasé la concurrence, après avoir déjà dominé la première manche. Il devance de pas moins de 1 sec 14/100 Marcel Hirscher, leader du classement général de la Coupe du monde et de la spécialité, et de 1 sec 26/100 le Norvégien Henrik Kristoffersen, le dernier concurrent potentiel de l’Autrichien pour le gros globe. “C’est démoralisant. On donne tout et après les Français arrivent et nous font passer pour des débiles”, a plaisanté le numéro 1 mondial, tout sourire. “Pinturault, c’est vraiment la référence en ce moment en géant, on ne peut qu’applaudir”, a ajouté plus sérieusement le champion autrichien. Témoignage de l’excellente dynamique du moment en équipe de France, deux autres Français se parviennent au pied du podium: Mathieu Faivre, quatrième et Thomas Fanara, cinquième. La piste Hannes-Trinkl de Hinterstoder, où la Coupe du monde n’avait plus fait étape depuis 2011, a une saveur particulière pour “Pintu”: c’est là qu’il avait marqué ses premiers points sur le circuit majeur, avec une 6e place en super-G, il y a cinq ans. Sac Longchamp Pas Cher
Samedi, en super-G, il y a fait presque aussi bien, avec une huitième place. Et tout ça, “contusionné”! Le Savoyard a en effet avoué s’être infligé une douleur au dos et un gros hématome à la cuisse après avoir embrassé d’un peu trop près une porte dans le premier géant vendredi. “Le tout, c’est de bien s’échauffer, avoir un bon physiothérapeute, et surtout une bonne préparation mentale. Si on ne pense pas aux bobos, la victoire est possible”, a-t-il assuré après son sacre dimanche. Pinturault parle d’expérience, après avoir dû surmonter les conséquences d’une chute à Beaver Creek (Etats-Unis), qui avait pesé sur un début de saison déjà quelque peu laborieux. Métamorphosé depuis le début de l’année, il a obtenu pas moins de cinq victoires depuis son succès dans le combiné à Kitzbühel (Autriche) le 22 janvier, petit globe de cristal de la spécialité en prime. L’étape autrichienne a également été des plus fructueuses pour Hirscher: second vendredi et troisième samedi, il quitte Hinterstoder avec la bagatelle de 220 points de plus au classement général, portant à 283 points son avance sur Kristoffersen. Sac Longchamp Solde “C’est bien plus que ce que j’avais prévu”, s’est réjoui le skieur d’Annaberg, arrivé à chaque fois devant le jeune Scandinave. Sauf accident, le technicien norvégien, qui ne prend pas part aux épreuves de vitesse, ne peut plus guère menacer Hirscher dans sa quête d’un cinquième Gros globe consécutif, exploit jamais réalisé jusqu’à présent. Seules trois épreuves techniques figurent encore au programme de la Coupe du monde avant les finales de Sankt-Moritz (Suisse) mi-mars: les deux géants et le slalom de Kranjska Gora, en Slovénie, du 4 au 6 mars. Le petit globe de géant est virtuellement à la portée de Pinturault, qui a réduit à 131 points son retard sur Hirscher dans la discipline, à trois courses de la fin. “Ce sujet n’est pas d’actualité”, assure toutefois le Savoyard, avec un demi-sourire. Alexis Pinturault a remporté dimanche le slalom géant de Hinterstoder, le second en trois jours dans la station autrichienne, signant à 24 ans sa cinquième victoire en Coupe du monde de ski alpin cette saison et la quatorzième de sa carrière. Le skieur de Courchevel devance de 1 sec 14/100 Marcel Hirscher, leader du classement général de la Coupe du monde et de la spécialité, et de 1 sec 26/100 le Norvégien Henrik Kristoffersen, dernier concurrent potentiel de l’Autrichien pour le Gros globe. Sac Longchamp Pliage pas cher
Il s’agit pour Pinturault de la troisième victoire d’affilée dans la discipline. Deux Français arrivent au pied du podium: Mathieur Faivre, quatrième à 2 sec 11/100, et Thomas Fanara, à 2 sec 26/100. Hirscher se rapproche pour sa part un peu plus de son cinquième Gros globe de Cristal d’affilée, exploit inédit à ce jour, après avoir empoché 240 points lors des trois jours de cette dernière étape autrichienne. Il y a quelques années, Lyon-PSG (dimanche 21h00) aurait été un choc, mais cette saison l’affiche risque de confirmer une Ligue 1 écrasée par le club parisien, puisque la bande à Zlatan Ibrahimovic a déjà vaincu l’OL à quatre reprises, toutes compétitions confondues durant l’exercice 2015/16. Et si le PSG devra se passer de Marco Verratti et Angel Di Maria, insuffisamment remis de petits pépins physiques, Lyon devra aligner une équipe expérimentale avec les absences de Mathieu Valbuena, Corentin Tolisso, blessés, et de Clément Grenier, Christophe Jallet et Samuel Umtiti, suspendus. Qu’attendre de ce match, alors que le PSG a déjà tué tout suspense avec 24 points d’avance sur son dauphin Monaco? Laurent Blanc, entraîneur du PSG, a d’abord livré les formules de politesse d’usage: “Lyon n’est pas à sa place”, “Sans tout vous dévoiler, je mettrai ma meilleure équipe face à Lyon”. Mais le coach des Galactiques français n’a pas esquivé le débat plus large qui se dessine au-delà de l’affiche de dimanche soir: le PSG écrase un championnat qui perd de son intérêt, et ce manque d’attractivité pourrait handicaper à l’avenir le club de la capitale pour faire venir des grands joueurs.

Leave a reply